Les bonnes idées n’ont pas de couleur, seul compte le bien commun !

« Les Libres » fédèrent les mouvements et partis politiques indépendants du canton de Vaud. Y sont engagés des femmes et des hommes sans étiquette de parti s’intéressant à la gestion de nos communes et de notre canton. Nous œuvrons pour la liberté du débat, la culture du dialogue, la transparence et l’émergence d’une approche politique affranchie des dogmes.

Les bonnes idées n’ont pas de couleur, seul compte le bien commun !

Pour faire passer nos idées nos quatre députés ont tissé des liens tantôt avec la gauche tantôt avec la droite, créé des ponts, soutenu leurs propositions chaque fois que nous les jugions pertinentes. La couleur politique importe peu, c’est le bien commun qui prime. Notre groupe joue le rôle d’un contrepoids qui permet de contribuer aux bons équilibres.

Les bonnes idées n’ont pas de couleur, seul compte le bien commun !

Nos propositions pour le canton de Vaud se concentrent sur trois axes principaux : liberté, solidarité et consommation responsable. Nous insisterons, comme nous l’avons déjà fait, sur une maîtrise de la croissance démographique par une promotion économique ciblée : elle doit se focaliser sur des entreprises qui font essentiellement appel à des ressources locales.

Notre mouvement défend une société humaniste

Nos actualités

Le gouvernement vaudois continue de danser sur le ventre des communes vaudoises

Le gouvernement vaudois continue de danser sur le ventre des communes vaudoises

Les communes vaudoises sont toujours dans une impasse pour ce qui concerne leurs relations avec l’Etat de Vaud. Le gouvernement continue de danser sur le ventre des communes vaudoises. Il propose au Grand Conseil de prolonger d’un an le délai de traitement de l’initiative «SOS Communes» pour pouvoir y opposer un contre-projet. Rappelons que le texte demande que le Canton prenne en charge l’entier de la facture sociale, moyennant une bascule de 15 points d’impôt communaux à l’Etat.

lire plus
Romanel-sur-Lausanne refuse d’être le pigeon d’une opération spéculative

Romanel-sur-Lausanne refuse d’être le pigeon d’une opération spéculative

Les Romanellois et Romanelloises ont refusé d’acquérir des terrains au prix exorbitant de 5,24millions à la Fondation Renée Delafontaine. Le résultat est sans appel : presque 70% de non contre 30% de oui. Le prix négocié par la Municipalité représentait 4 fois le prix que que la Fondation les avait payés il y 8 ans. Romanel Libre soutenait le référendum par la voix de l’ex-syndic Edgar Schiesser.

lire plus

Restons en contact